.
.

Bienvenue sur le Groupe Ebomaf

.

EBOMAF-TOGO : Rasmané Ouédraogo, Directeur des Travaux sur Kanté-Tanjouaré : «EBOMAF a les moyens de son ambition»


KANTE-I KANTE-III  Comme l’ensemble des chantiers dont EBOMAF a la charge au Togo, celui de Kanté-Tandjouaré connaît une progression satisfaisante. L’entreprise adjudicataire y a concentré une partie de ses efforts pour construire, sur cette portion du corridor togolais, une infrastructure routière aux meilleures normes. En huit (8) mois seulement de travaux sur les trente-six (36) impartis, le directeur des travaux, Rasmané Ouédraogo et ses équipes ont effectué un grand bon en avant.

Quelles sont les différentes activités à mener dans le cadre de la réhabilitation du tronçon Kanté-Tandjouaré ?

Sur cette portion, il est prévu de réaliser les mêmes travaux que ceux en cours d’achèvement sur l’axe Tandjouaré-Cinkanssé. Il s’agit d’élargir la plate-forme, de mettre au gabarit les ouvrages qui sont au total cent quatre-vingt (180) et de construire une chaussée en grave bitume (GB) et en béton bitumineux (BB) sur une distance de cent-trente (130) kilomètres. Les principales tâches à exécuter sont la préparation du chantier, le terrassement, les ouvrages hydrauliques, la signalisation et l’équipement. L’ouverture effective du chantier date de novembre 2013.

Comment se présente actuellement l’évolution des travaux sur le chantier ?

KANTE-IISur un délai imparti de trente-six (36) mois, ce n’est pas se jeter des fleurs que d’affirmer que c’est un véritable exploit qui est réalisé en seulement huit (8) mois de travaux. Le chantier Kanté-Tandjouaré a été appréhendé sur deux fronts à partir de ses extrémités. Nous avons démarré les travaux aussi bien à Kanté qu’à Tandjouaré. Cela témoigne des moyens humains, matériels et techniques qui ont été déployés de part et d’autre. La sommation des travaux cumulés dont un niveau de terrassement de soixante (60) kilomètres parvenus à ce jour (NDLR : 1er juillet 2014). Sur cent quatre-vingt (180) ouvrages prévus, nous avons déjà réalisé cent dix-neuf (119) soit un taux d’avancement de plus de 66%. L’application du grave bitume (GB) a même commencé à partir de Kanté et couvre déjà vingt-six (26) kilomètres. Globalement, le chantier de réhabilitation de la route Kanté-Tandjouaré affiche un taux d’avancement des travaux de 20% et de consommation de délai de 21% en huit (8) mois.

Quels sont les moyens dont vous disposez pour mener à bien les travaux ?

KANTE-IVEBOMAF est l’une des rares entreprises de BTP de la sous région qui a les moyens de ses ambitions. Ses capacités à exécuter convenablement toute sorte de travaux routiers dans les délais sont indéniables. Elles sont à la hauteur de tous les défis. Le Président-Directeur Général (PDG) de EBOMAF ne lésine pas sur les moyens à mettre en œuvre pour tenir tout pari dans un contrat. Les commandes se succèdent afin que l’entreprise soit à la pointe de la technologie. Les chantiers dont elle a la charge dans les différents pays bénéficient chacun d’une assisse humaine et matérielle considérable. Celui de Kanté-Tandjouaré n’est pas en reste. Nous avons suffisamment de travailleurs et de matériel pour exécuter parfaitement ce projet. Plus de cinq cents (500) personnes sont uniquement affectées sur ce chantier. Ils s’appuient sur une gamme variée de plusieurs centaines de machines de dernière génération pour réaliser des travaux irréprochables. A cela s’ajoutent les installations pour l’exploitation de la carrière de concassage (Kara), les centrales de béton (Barkoissi, Kanté) et d’enrobé (Kanté°.

Comment accueillez-vous les partenariats entre EBOMAF et d’autres leaders dans le domaine des travaux routiers ?

KANTE-VCes partenariats traduisent une vision qui fonde le leadership même de EBOMAF dans la sous région. Nos relations avec les Espagnols de Tecno Firmes spécialisés dans l’application du bitume (GB et BB) sont excellentes. Nous sommes satisfaits de leur prestation. Il y en est de même dans la pose des pieux des ponts ou dans la maintenance et la réparation des engins. Le fait de s’associer le savoir-faire et l’expertise de leaders mondiaux des Travaux Publics conforte sa notoriété dans le BTP. Les différents partenariats conclus çà et là illustrent la volonté du PDG de EBOMAF de promouvoir un transfert de technologie et de compétences au profit de son entreprise. EBOMAF affiche ainsi l’image d’une grande entreprise expérimentée.

Propos recueillis par JE

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *