.
.

Bienvenue sur le Groupe Ebomaf

.

Aménagement du boulevard d’Agoè: Les populations satisfaites d’un chantier bien conduit


Au fur et à mesure que les travaux d’aménagement et de bitumage du Bd Agoè-BKS-Limousine-Adidogomè avancent, les populations de cette partie de Lomé découvrent le savoir-faire de l’entreprise adjudicataire et les immenses retombées de cet ouvrage. A la qualité du travail, s’ajoute la parfaite collaboration entre EBOMAF, le maître d’ouvrage et la mission de contrôle d’une part ; entre la société et les bénéficiaires d’autre part.

Devant toute la beauté urbaine que la nouvelle artère incarne, les populations d’Agoè, du carrefour BKS, de Limousine et d’Adidogomè s’impatientent de recevoir leur boulevard dans les plus brefs délais. EBOMAF a compris cette nécessité et sort le grand jeu pour livrer très bientôt cet ouvrage essentiel pour la ville de Lomé. A l’image de celui du 13-Janvier, le boulevard d’Agoè s’étale majestueusement dans la partie Nord de la capitale togolaise avec toutes ses commodités. La résistance manifestée au moment de l’enlèvement de l’emprise du tronçon s’est aujourd’hui muée en une satisfaction générale. L’expertise développée par EBOMAF pour, encore, doter Lomé d’une de ses plus belles voies reçoit un assentiment unanime. Habitants, riverains et usagers s’accordent à reconnaître le bien-fondé d’un projet de voirie urbaine. Le sentier tortueux est en train de se transformer en un boulevard digne de ce nom dont chacun s’apprête à bénéficier le plus grand profit.

Une communication fluide savamment mise au point par le PDG, Mahamadou Bonkoungou et ses collaborateurs permet à l’entreprise de tenir compte des critères retenus par l’Etat pour l’exécution de cette artère. Une réunion hebdomadaire se tient tous les mercredis. Elle est suivie par une visite de chantier au cours de laquelle le bureau de contrôle situe les différentes responsabilités des intervenants dans la conduite des travaux. L’exemplarité de l’exécution de ce chantier là amène chaque partie à jouer pleinement sa partition. Le dévouement des travailleurs, l’efficacité des engins et l’efficience du timing entraînent avec sérénité vers le bout du tunnel.
Les premiers bénéficiaires se sentent maintenant concernés et apportent leur concours à la réussite du projet. Enseignant d’anglais dans un collège, Nikabou Séidou se réjouit des efforts consentis pour faciliter la mobilité. «Depuis que EBOMAF a commencé le traçage de cette route, c’est le soulagement des Togolais. A mon humble avis, les usagers gagnent en réduction de trajet dans leur déplacement. Il y a un raccourci certain pour gagner en temps et réaliser des économies», indique-t-il. La présence effective des caniveaux et de la chaussée traduit la lueur d’espoir qui pointe à l’horizon. Des entraves de tous ordres ont été levées pour ouvrir définitivement le boulevard Agoè-BKS-Limousine-Adidogomè à la voie de la modernité. «Aujourd’hui, nous ne regrettons pas d’avoir cassé nos maisons et les Hôtels pour permettre à ce joli boulevard de remplacer le sentier tortueux qui a tant causé de malheurs», a révélé un cacique du pouvoir.

Même les riverains les plus réfractaires ont tous compris aujourd’hui l’importance de la construction de cette artère. Ils sont admiratifs devant les opportunités qu’elle offre. «Parfois, je n’ai pas envie de quitter la voie quand je roule avec ma voiture» et depuis quatre mois, mon jogging de tous les mercredis et les vendredis se passe à 20 heures sur cette route bien éclairée avec toute l’ambiance qu’elle crée. Au-delà du sport, l’on se donne tout le plaisir», a ajouté un retraité avec le sourire.
La modernisation de cette route est un souci aussi bien pour le gouvernement que pour les jeunes des quartiers de Agoè, BKS, Limousine, Adidogomè. Elle donne l’exemple d’un acte concret du Président Faure Gnassingbé que tout Lomé salue à la dimension de la tâche.

Les bénéficiaires réfléchissent déjà à sa pérennisation par son entretien permanent. Un groupe d’étudiants entend s’investir pleinement à la sensibilisation des riverains à la gestion des caniveaux et au balayage de la chaussée. Estimant que EBOMAF est la seule entreprise africaine respectant sa parole, ces volontaires de la bonne cause soutiennent qu’il n’est plus question d’attendre le service de la voirie de la municipalité, «il faut soutenir les efforts d’EBOMAF et sauver la belle infrastructure routière de toute atteinte dégradante». Enregistrant environ 80 % de taux de réalisation à l’heure actuelle, le boulevard Agoè-BKS-Limousine-Adidogomè emprunte résolument sa phase terminale.

AB/JE




4 thoughts on “Aménagement du boulevard d’Agoè: Les populations satisfaites d’un chantier bien conduit

  1. EKUE Folavi

    Les habitants de Lomé Nord ne sont pas seulement satisfaits. Ils sont soulagés et applaudissent le gouvernement et Ebomaf. L’entreprise a su cultiver le dialogue pour mettre tout le monde d’accord autour de ses travaux. C’est cela aussi être leader. Les sociétés togolaises devraient intégrer cette vertu dans leur manière d’entreprendre.

    Reply
  2. Jean Marc EBEN-EZER, expert-conseil infrastructures

    J’ai été agréablement très surpris de tomber sur ce site. Et depuis lors, je me demande comment une entreprise africaine a bien pu refléchir et se convaincre de la nécessité de mettre en place une telle vitrine pour sa visibilité et sa compétitivité. Sincèrement, ce site m’a séduit. Tant la communication de EBOMAF y est bien menée et ne souffre d’aucun débat. C’est un travail de maître et de fins connaisseurs de la chose d’information et de communication. Tout simplement bravo aux acteurs de ce site que je viens de découvrir et que je ne m’en détournerai plus tant j’apprends des choses de l’Afrique nouvelle qui s’assume enfin dans des domaines vitaux.

    Jean Marc EBEN-EZER, expert-conseil infrastructures

    Reply
    1. Julya

      Quant e0 la route 2, e9tait-ce vraiment le long de St-Valier? D’accord, c’e9tait la suite de la route, meame avant qu’on trace Hamel comme on le connaeet e0 l’ouest (c’e9tait plutf4t Michelet, Masson, Foucault, puis Hamel). Toutefois, un viel atlas chez mes de9funts dganrs-parents (l’atlas est sfbrement encore en vie ) montrait celle-ci sur la rive nord jusqu’au pont (par les chemin du Roy et St-Louis?) puis sur la rive-sud vers l’est (jusqu’e0 je ne sais plus of9, probablement en Gaspe9sie) soit l’actuelle 132, quelques petits croches en plus. Il se peut toutefois que ma me9moire me joue des tours et que la 2 ne reparte qu’e0 Le9vis en supposant que le traversier y e9tait. Une chose dont je suis sfbr toutefois, la 2 e9tait sur la rive-nord e0 l’ouest de Que9bec, puis sur la rive-sud e0 l’est.Remarquons aussi que comme cela se fait encore aujourd’hui, les routes e0 nume9ro ont du changer de route avec le temps, donc d’une carte e0 l’autre.

      Reply
  3. Zul

    Oui c’est bien la route 54 pour le boulevard Talbot et Henri-Bourassa. J’ai apere7u la route Bell aussi sur un plan de pre9sent oapprrt, mais je n’en suis pas certain.Le terrain pour l’autoroute de la Capitale avant le oapprrt Greber? Tout est possible. Le oapprrt n’indique pas toujours si la recommandation a e9te9 faite avant. La documentation est de9je0 mince pour anne9es 50, je suis un peu perplexe de trouver de quoi dans les anne9es 40. Il faudrait ve9rifier les oapprrts annuels du Ministe8re de la Voirie.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *