.
.

Bienvenue sur le Groupe Ebomaf

.

Construction de routes modernes: EBOMAF à la conquête du Bénin


Après le Togo, EBOMAF se lance à la conquête du Bénin voisin : elle s’est vue attribuer le lot 2 du marché d’aménagement et de construction de la route Bodjécali-Madécali-Iloua-Frontière du Nigéria soit un tronçon de 19,5 kilomètres. C’est à Malanville, à sept cents (700) kilomètres de Cotonou, la capitale, qu’a eu lieu, lundi 18 février dernier, le lancement de son premier chantier dans le pays de Thomas Yayi Boni.

Le Bénin se réfère à EBOMAF pour le développement de ses infrastructures routières dans la partie Nord de son territoire. Après avoir convaincu sur plusieurs chantiers de grande envergure au Togo, la société du Burkinabè, Mahamadou Bonkoungou est sollicitée par le gouvernement béninois pour aménager et construire 19,5 kilomètres de la route Bodjécali-Madécali-Iloua-Frontière Nigéria sur six (6) mois. Les travaux constituent le lot 2 d’un appel d’offres international. Ils concernent la construction d’une chaussée allant du Point kilométrique 11,15 à 30,65.

La ville de Malanville, à sept cents (700) kilomètres de Cotonou, la capitale, a abrité, lundi 18 février 2013, la cérémonie de lancement des travaux en présence de Lambert Koty, ministre béninois des Travaux publics et des Transports ainsi que d’une population enthousiaste  par son maire.

EBOMAF a la charge de transformer cette piste autrefois considérée comme celle de la contrebande en une voie moderne fera place à une chaussé  de 7 m de large avec des accotements variant de 1,5 à 2,5 m en rase campagne et en agglomération. Une série d’ouvrages d’assainissement est prévue tout au long du tracé. «Le lot 2  du  pk 11+150 au PK  30+650 comprend la réalisation des terrassements généraux, la construction des ouvrages hydrauliques et d’assainissement (dalots, caniveaux, fossés, borduration), la construction de la  chaussé et des accotements », a expliqué le Directeur Général des Travaux publics.

C’est une zone réputée difficile pour ériger des ouvrages de génie civil. Cette réalité a donc conduit au choix d’une entreprise de grande renommée comme EBOMAF dont le savoir-faire est aujourd’hui reconnu partout dans la sous région. En effet, Malanville et ses environs, situé en zone sahélienne, sont caractérisés par une saison pluvieuse (Juin-septembre) et d’une saison sèche (Octobre-Mai) Malanville, engendrant la sécheresse avec ses frasques de température extrêmement élevée et de poussière ainsi qu’un hivernage avec ses pluies torrentielles rendant la zone impraticable.

Sur fond d’une expertise avérée

C’est donc un travail de titan qui attend EBOMAF dans le Nord du Bénin. «19,5 km parait une petite distance, mais c’est un projet qui demande des moyens financiers et techniques pointus du fait de la saison pluvieuse qui va s’annoncer d’ici quelques mois. Une stratégie a été déjà réfléchie dans ce sens pour terminer les travaux dans le délai imparti de six (6) mois», a rassuré Jean Claude Roche, directeur technique de EBOMAF, représentant le Président-Directeur Général au lancement du chantier.

L’ouverture de ce chantier suscite déjà la joie des habitants. Ils perçoivent ce projet routier comme un effort à l’amélioration de leur situation socio-économique. Les localités bénéficiaires sont réputées être de très grosses productrices d’oignons, de piment et de tomates.  La région sablonneuse de Malanville est reconnue, depuis la nuit des temps, comme un centre commercial de produits maraîchers bénéficiant à cinq pays ayant en commun les mêmes cultures.

C’est par elle que transitent les fruits de la terre à destination du Nigeria, du Niger, du Tchad, du Togo, et du Burkina-Faso. «La réalisation de cette voie était un rêve. Elle est devenue aujourd’hui une réalité », se réjouit monsieur Bako, maire de Malanville. Ingénieur de son état et ancien cadre du ministère béninois des  Travaux publics, le bourgmestre a unanimement traduit population  exprimé sa satisfaction de voire ce projet confié aux entreprises de renommée internationale L’infrastructure  à venir va améliorer la mobilité des hommes et booster les échanges commerciaux.

Comme au Burkina Faso et au Togo, EBOMAF est appelé à étaler son expertise sur une artère visant une meilleure intégration sous régionale.  «Avec de si lourdes expériences, je ne doute pas de voire sortir de cette piste, une route asphalté facilitant ainsi le transport de vos produits agricoles», a souligné, Lambert Koty, ministre béninois des Travaux publics et des Transports. En attendant l’impact commercial, une partie de la population servira de main d’œuvre au chantier en tant que techniciens,  manœuvres, etc. Malanville et les villages environnants pourront ainsi juguler, un tant soit peu, le chômage des jeunes.  Les levées topographiques ont déjà  permis de déterminer l’emprise de la voie. La recherche des matériaux continue. L’entreprise est prête pour démarrer les travaux.

JE/AB




2 thoughts on “Construction de routes modernes: EBOMAF à la conquête du Bénin

  1. Yacoubou Idrissou

    Bienvenue au Bénin EBOMAF. J’ai beaucoup entendu parler en bien de vous et j’espère que votre arrivée au Bénin va apporter un gain de qualité dans les travaux. La suite dépendra de votre capacité à convaincre les Béninois avec ce premier chantier. Nous savons apprécier et soutenir les Africains qui font la fierté du continent comme EBOMAF. Saisissez donc votre chance et nous serons là pour vous appuyer et faire votre publicité.

    Reply
  2. méritet gervais

    Bonjour

    Conducteur travaux gc ches sogea satom ouvrage gc ouvrage d art j aimerai vous envoyer mon cv pour espérer venir travailler ches EBOMAF je suis français je réside au bénin libre de suite

    salutation

    Gervais Méritet

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *