.
.

Bienvenue sur le Groupe Ebomaf

.

EBOMAF à l’ouvrage à Lomé : Même avec la pluie, les travaux continuent


La capitale togolaise, Lomé, s’est réveillée, samedi 21 mai 2011 avec une pluie torrentielle tout comme les deux jours précédents. Ces grosses trombes d’eau dont on a vite cru qu’elles pouvaient bloquer les travaux de réhabilitation du boulevard du 13-Janvier et celui d’Adidogomé (Camp militaire)-Agoènyivé (BKS terrain de football), ont été, admirablement, domptées par le groupe EBOMAF qui a continué à bâtir l’ouvrage comme si de rien n’était.

Grâce à son équipe technique soudée et déterminée, le Groupe EBOMAF se dresse comme un buffle dans les travaux publics pour booster le travail de réhabilitation du boulevard du 13-Janvier. Sans éprouver le moindre signe de recul, son matériel lourd émerveille les Togolais et rassurent sur sa capacité à tenir un tel ouvrage. Le tronçon reliant le « Festival des Glaces » à la boite de nuit « Byblos », d’une longueur de 700 mètres est déjà achevé. Cette prouesse que même la pluie ne peut arrêter s’appuie sur une mobilisation technique et matérielle hors norme.

Très prévoyante en cette saison pluvieuse, dès 6 heures du matin, l’entreprise met tout en œuvre pour ne pas fléchir devant les aléas climatiques que connait la capitale togolaise. Elle déploie ses équipes sur deux fronts.

Nantis de matériels très sophistiqués, les travailleurs n’ont qu’un seul mot d’ordre : faire avancer les travaux selon les normes prescrites dans le cahier des charges. Ce bel élan de technicité à l’ouvrage a comblé de satisfaction le ministre en charge des Travaux publics, Andjo Tchandja, qui a effectué, le 21 mai 2011, une visite éclair pour constater l’état d’avancement du chantier. Il a laissé libre court à la mine de son visage pour exprimer son émerveillement.

Avec passion et savoir-faire, ingénieurs, techniciens et ouvriers mènent, avec habilité les engins, jours et nuits vers un seul but : offrir à Lomé sa plus belle artère dans quelques mois. Devant l’ardeur au travail, autorités, riverains et habitants de la capitale s’accordent à reconnaître que EBOMAF va finir à temps les travaux à lui confiés. « Ici, on ne s’amuse pas hein mon frère, il y a tout le nécessaire pour faire avancer le travail.

De notre côté, on ne doit pas travailler avec nonchalance, surtout que la paie est beaucoup mieux par rapport aux autres entreprises dans lesquelles j’ai eu à travailler auparavant. Nous sommes prêts à bosser même sous la pluie parce que les moyens et le confort de EBOMAF s’y prêtent », souligne Kokou Komlan, conducteur de grue sur le chantier sur le boulevard du 13-Janvier.

Cette détermination est sans cesse croissante sur le site soumis régulièrement à des contrôles par les techniciens commis par la maitrise d’ouvrage. Le contrôleur principal, M. Kéita a rassuré sur le respect des normes de qualité en matière de dosage des matériaux et de tenue des plans par l’entreprise. Il a insisté sur la qualité du travail global abattu surtout au niveau du nivelage des déviations prévues pour amorcer la deuxième manche de l’ouvrage allant de la boîte de nuit « Byblos » à la rue François Mitterrand distant de 500 mètres. Trois déviations parallèles au boulevard 13 janvier vont y être construites : deux au nord (les Rues Anamagne et Caïcédrats dans le quartier Souzanétimé), une autre au sud (Rue des Palounis dans le quartier Béniglato).

Lati Akondoh BANG’NA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *