.
.

Bienvenue sur le Groupe Ebomaf

.

Investissements routiers au Burkina Faso: Les travaux de la RN 14 à la loupe de Sié Rodrigue Coulibaly et Yacouba Ouattara


Sié Rodrigue Coulibaly (veste) et Yacouba Ouattara (habit traditionnel) exposant devant le jury présidé par Issa Zabsonré.

Le projet d’aménagement et de construction de la route nationale 14, Koudougou-Dédougou, a fait l’objet du rapport de fin d’études de premier cycle en génie civil à l’Ecole burkinabè du bâtiment et des travaux publics (EBBTP). Pour l’obtention du Brevet de technicien supérieur (BTS), Sié Rodrigue Coulibaly et Yacouba Ouattara ont présenté et défendu un jury les résultats du décryptage de cet investissement routier qui ont été appréciés pertinents et sanctionnés par la note de 14/20 soit la mention «Bien».

Le désenclavement de la région de la Boucle du Mouhoun, à partir de la réalisation de la route nationale 14 (Koudougou-Dédougou), revêt une importance particulière pour les acteurs du génie civil. La taille des investissements, l’ampleur des travaux et la place de ce tronçon dans les infrastructures routières suscitent un intérêt dans les réflexions en matière de grands travaux. En fin d’études à l’Ecole burkinabè du bâtiment et des travaux publics (EBBTP) pour l’obtention du Brevet de technicien supérieur (BTS), Sié Rodrigue Coulibaly et Yacouba Ouattara ne sont pas restés indifférents face à cet enjeu. Après un séjour sur cet axe routier en juin 2011, leur rapport d’études a livré, jeudi 08 mars 2012 la quintessence de cet ambitieux investissement devant un jury composé de personnes ressources sur le plan des travaux publics : Issa Zabsonré (président), Poussi Ouandaogo (maître de mémoire) et de Dr Eloi Somda (membre).

Sous le regard d’un jury attentionné et d’un public intéressé, le projet de la RN 14, Koudougou-Dédougou, a dévoilé une partie de ses secrets de réalisation.

Intitulé «Projet de construction et de bitumage de la rn 14 entre Koudougou et Dédougou», le centre d’intérêt développé autour des travaux passe en revue le processus d’aménagement du tronçon. «La construction et le bitumage de ce tronçon s’inscrit dans le cadre du programme de réhabilitation des routes et de facilitation des transports routiers », note-on. Aucun pan de l’investissement n’a été épargné. Les séances de travail avec l’entreprise adjudicataire, EBOMAF, le bureau de contrôle et le maître d’ouvrage ainsi que la confrontation de terrain ont permis à Sié Rodrigue Coulibaly et Yacouba Ouattara de mettre respectivement en exergue le contexte du projet, la présentation de la zone de projet, les données physiques, les aspects environnementaux et les caractéristiques géométriques de la route ainsi que l’historique de la route, la problématique posée, la trafic, la structure proposée et réalisée, le coût du projet.

De leur exposé, il ressort que le chantier de la RN 14 est capital pour la dotation du Burkina Faso en infrastructures routières modernes. «Le projet de construction et de bitumage de la route Koudougou-Dédougou long de 130 km a une vitesse de référence de 100 km/h en rase campagne et de 60 km/h dans les agglomérations. Il prend son origine dans la ville Koudougou et prend fin dans la ville de Dédougou », renseigne le rapport.

Un chantier routier de toutes les attentions techniques

Parents, amis et connaissances ont effectué le déplacement pour apporter leur soutien aux deux étudiants en fin de cycle.

Les impacts premiers du projet sont indéniables : Aménagement des points d’eau aux bénéfices des populations, désenclavement de la région, l’accroissement des échanges économiques. A ceux-ci, s’ajoutent le développement socio-économique des localités traversées, La réduction du coût de transport, le gain en temps, la réduction du coût des pièces détachées, de la consommation en carburant et en lubrifiant, la mobilité accrue des biens et des personnes, la facilité des échanges socio-économiques, la lutte contre la pauvreté.

Le souci d’asseoir la modernité et la durabilité sur ce tronçon de cent trente (130) kilomètres traversant les régions du Centre-Ouest (Boulkiemdé et Sanguié) et de la Boucle du Mouhoun est relevé par l’accent mis sur la taille de l’enveloppe financière allouée aux travaux, environ vingt-huit (28) milliards F CFA HT soit 215 384 615 F CFA HT/ Km ainsi que sur la consistance des ouvrages à travers les caractéristiques adoptées pour sa réalisation.

Les désormais diplômés d’Etat de BTS en Génie civil, option BTP, Sié Rodrigue Ouattara et Yacouba Ouattara avec les membres du jury qui les ont sacrés dignes de leurs parchemins.

Le profil du tronçon se dresse comme suit : «largeur de la plate-forme : 10 m ; largeur de la chaussée revêtue :7 m; largeur de l’imprégnation:7+(2 x1,50 m) ; dévers de la chaussée :2,5 % ; dévers des accotements :3 % ; pente des talus du remblai :3/2 (horizontal/vertical) ; pente des talus en déblai : 2/3 (horizontal/vertical)». Toutes les données et les observations résultent des activités de terrassement, de laboratoire, de topographie et des ouvrages d’art auxquelles Sié Rodrigue Coulibaly et Yacouba Ouattara ont pris part au cours de leur stage.

Très attentionné à cette brillante auscultation, le jury a posé des questions de compréhensions, relevé des insuffisances et formulé des suggestions pour finaliser le document qu’il a jugé recevable et salué à sa juste valeur comme une contribution à la réflexion autour des investissements routiers au Burkina Faso. Pour ce faire, il a décerné à Sié Rodrigue Coulibaly et de Yacouba Ouattara la note de «14/20», soit la mention «Bien» leur accordant le grade du diplôme d’Etat «Brevet de technicien supérieur» (BTS) en Génie civil, option BTP.

Alcide NATHAN




4 thoughts on “Investissements routiers au Burkina Faso: Les travaux de la RN 14 à la loupe de Sié Rodrigue Coulibaly et Yacouba Ouattara

  1. MALGOUBRY Sébastien

    C’est vraiment un thème d’actualité que Rodrigue Coulibaly et Yacouba Ouattara viennent de traiter. Leur rapport permet de mieux comprendre la complexité de ce projet routier et surtout l’ampleur des travaux. C’est bien de s’impatienter sur la fin du chantier mais quand on a la mesure de ce qui est attendu, assurément, on met un peu d’eau dans son vin. D’autant plus que le gouvernement et l’entreprise s’emploient nuit et jour à gagner cette expression du désenclavement réel. Bonne suite dans la reflexion aux deux brevetés.

    Reply
    1. Danz

      MALGOUBRY Se9bastien dit :C’est vraiment un the8me d’actualite9 que Rodrigue Coulibaly et Yacouba Ouattara vennient de traiter. Leur rapport permet de mieux comprendre la complexite9 de ce projet routier et surtout l’ampleur des travaux. C’est bien de s’impatienter sur la fin du chantier mais quand on a la mesure de ce qui est attendu, assure9ment, on met un peu d’eau dans son vin. D’autant plus que le gouvernement et l’entreprise s’emploient nuit et jour e0 gagner cette expression du de9senclavement re9el. Bonne suite dans la reflexion aux deux brevete9s.

      Reply
  2. Anna BAKPAH

    Bravo Mr le PDG d’EBOMAF.
    continuez votre travail car il n’ya pas deux en Afrique,precisement dans mon pays le togo.A ce que je saches vous réhausszez l’image de l’Afrique
    Du courage et continuez à nous faire des travaux de qualités
    Que Dieu vous benisse

    Reply
    1. Zyvana

      Traore9 Alassane, particulier e0 Koudougou dit :Salut EBOMAF! Bonne arrive9e dans la belle ville de Koudougou. Notre sohuait est que vous confirmiez tout le bien que l’on dit de vous partout en changeant l’image de la capitale du Centre-Ouest. En tout vous avez notre soutien pour mener e0 bien ces travaux. Que Dieu be9nisse vos activite9s! Seul le travail bien bien fait paie et porte haut!

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *