.
.

Bienvenue sur le Groupe Ebomaf

.

EBOMAF-TOGO : Une délégation ministérielle tire une conclusion très satisfaisante des travaux


ebo1EBOMAF s’impose comme un acteur clé de la mise en œuvre du programme de développement du Président Faure Gnassingbé visant à doter le Togo d’infrastructures routières modernes. Les chantiers exécutés dans le nord du pays ont fait l’objet d’une inspection ministérielle, du 13 au 15 avril derniers, conduite par le chef du département des Infrastructures et des Transports, Ninsao Gnofam en personne. Celle-ci a été séduite par la qualité des ouvrages et le respect  du planning d’exécution.

ebo

IMG_7424Le ministre Ninsao Gnofam ne ménage aucun effort pour exercer ses missions de veille et de contrôle des grands travaux en cours actuellement sur le territoire national. A la tête du département des Infrastructures et des IMG_7161Transports, il s’emploie avec ses services à passer régulièrement en revue les différents chantiers à travers le pays visant à garantir aux populations des routes de qualité. Le tour des travaux conduits par EBOMAF dans le nord est intervenu du 13 au 15 avril derniers. Il a concerné les chantiers Carrefour Pya-Sarakawa-Kantè sur Nationale N°21 dans la région de la Kara, Dapaong-Borgou-Mandouri-Frontière Benin ainsi que Tandjoaré-kantè-Kara. Il s’est agi pour le ministre Gnofame et ses techniciens de toucher du doigt l’évolution desdites infrastructures qui réhabilitent le corridor Lomé-Ouagadougou et désenclavent plusieurs localités du pays.

IMG_7381Entouré des membres de l’équipe de contrôle et de surveillance des travaux de son département, le ministre Ninsao Gnofam a entamé sa revue des chantiers par l’axe  carrefour- Pya- Sarakawa –Kantè, long de 65 km sur 9 m de large en agglomération. Des « avancées positives  et significatives» ont été relevées sur la réalisation de ce projet composé d’une couche de plateforme de 20 cm de matériaux latéritique, d’une couche de base de 15 cm qui sera améliorée au ciment et enfin d’une autre couche de roulement de 5 cm.

IMG_7379L’avancement de l’ouvrage est estimé à 41% du délai de consommation. Le chef de la mission de contrôle de cet axe a indiqué que les choses bougent sur tous les fronts.

D’ailleurs la délégation s’est émerveillée d’un dynamisme à tous les niveaux. Sur la première section de Dapaong-Borgou-Naki Est, elle a noté que la chaussée est déjà réalisée à 100%. Les ouvrages d’assainissement sont, quant à eux, en cours de finalisation tout comme ceux de protection ainsi que le poste de péage situé à Borgou.  D’où un taux de réalisation global évalué à 91% de finalisation de la première section du projet. Les usagers sont donc assurés de circuler aisément sur ce tronçon dans les jours à venir. La deuxième section allant du pont de Borgou à Mandouri enregistre le bouclage du terrassement et de la mise en forme. A ce niveau, 54 ont été réalisés sur 56 ouvrages prévus.

Le pari de la compétitivité et de l’excellence

Quant à la troisième section, Mandouri-frontière Benin, la mission a signifié que l’obstacle majeur dû au fleuve Kpendjal a entrainé la construction d’un pont de 180 m de long. L’entreprise et le laboratoire s’accordent sur fond d’un sondage.

IMG_7345Toutes les précisions sont déjà adoptées au niveau de la nature du béton à réaliser.  Au regard des pluies qui ménacent déjà, le ministre a instruit l’entreprise de bien s’organiser de façon pour reprendre sans interruption à partir de novembre 2016, le processus d’érection de cet important ouvrage d’art. Quant à la réhabilitation de la route nationale N°1 Kantè et Tandjouaré (130 km) qui relie 13 localités,  la mission a relevé un taux d’avancement de 45% pour un délai de consommation d’environ 61%. Au regard de la configuration de ces travaux, la chaussée seule fait 80,9%. Selon le chef de mission de contrôle, Ousmane Dicko, la tendance se renversera  avec le demarrage de la pose du béton bitumineux. 65 km de revêtement en grave bitume sont déjà effectifs sur les 130 km.

 

IMG_7227Au niveau du sol ciment, c’est avec satisfaction que la délégation a noté les travaux en cours avec du matériel de pointe. Le Président-Directeur Général, Mahamadou Bonkoungou, n’hésite pas à doter régulièrement son entreprise de matériel de dernière génération  et à s’appuyer sur une somme de compétences africaines et expatriées pour tenir le pari de la compétitivité et de l’excellence.

IMG_7232

Sous l’éclairage du représentant du PDG du groupe EBOMAF, Arouna Mohamed, la délégation de haut niveau a tiré une « conclusion très satisfaisante » après avoir tout passé au peigne fin. Bien que des difficultés relatives aux déplacements de réseaux et à la libération des emprises ont quelques fois ralenti le bon déroulement des travaux dans certaines zones. Ce satisfecit de haut niveau vient conforter EBOMAF dans sa dynamique d’œuvrer au développement infrastructurel du Togo en s’illustrant  toujours comme  l’une des références incontestables dans le BTP du pays et de la sous-région. Dans la conduite des chantiers, EBOMAF n’occulte pas l’impact social des travaux tel que décliné dans la stratégie et la politique des transports du gouvernement. La construction d’un certain  nombre de marchés, de forages et de retenues d’eau profit des populations riveraines font partie des travaux connexes habilement menés.

AB/JE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *