.
.

Bienvenue sur le Groupe Ebomaf

.

Martin Diabri, Coordonnateur des Travaux du Contournement Nord : «Notre force de frappe réside en grande partie dans la logistique de l’entreprise»


Le chantier du contournement Nord du projet d’aménagement et de bitumage de l’autoroute de contournement Nord-Sud de la ville de Ouagadougou est placé sous la coordination de Martin Diabri. Ingénieur de génie civil avec à son actif plusieurs expériences dans la construction d’infrastructures routières, celui-ci conduit de main de maître le front allant de la RN04 (Gampéla) à la RN01 (Yimdi) en passant par la RN03 (Loumbila), la RN22 (Pabré) et la RN02 (Route de Ouahigouya). Il situe ici les activités qui y sont menées, les avancées enregistrées et les moyens déployés sur le terrain.

Présentez-nous le chantier du contournement Nord et les activités qui y sont menées actuellement ?

Le chantier du contournement Nord fait partie du projet d’aménagement et de bitumage du Contournement Nord-Sud de la ville de Ouagadougou. Il s’agit du tronçon qui contourne la capitale par le Nord en allant de l’embranchement de la RN01 à Yimdi à celui de la RN04 à Gampéla en passant par la RN22 (Pabré), la RN03 (Loumbila) et la RN02 (route de Ouahigouya). Soit sur une longueur de 55,175 Km. Elle est constituée d’une chaussée 2×3 voies, avec une terre-plein central de 10 m, revêtue en béton bitumineux avec tous les ouvrages d’assainissement nécessaires à savoir des dalots pour la plupart et puis deux ouvrages de franchissements c’est-à-dire des ponts au niveau du passage des rails.

Quels sont les travaux en cours à l’heure actuelle sur le chantier du Contournement Nord ?

Le chantier a officiellement commencé à la date du 1er octobre 2019 pour une durée totale de 36 mois. Donc à ce jour, nous ne sommes qu’à huit (8) mois de travaux. En termes d’estimation, il s’agit d’un délai consommé d’environ 22% pour ce qui concerne la durée impartie du projet et de 26% en termes de travaux effectués. Les activités réalisées en ce moment concernent principalement le terrassement c’est-à-dire les remblais. Sur la longueur de 55,175 km du Contournement Nord, le terrassement est effectif sur 24 km. La couche de fondation est posée sur 02 Km, les bordures sur 07 Km. Pour ce qui est des ouvrages, 24 sont érigés sur un total de 49 ouvrages. Si on se réfère au taux d’exécution des travaux qui est de 26%, la conduite du chantier est en avance sur le délai. L’axe du Contournement Nord est déjà visible de la RN04 (Gampéla) à la RN22 (Pabré) qu’il a franchi de 6 Km.

On remarque que l’imprégnation a déjà commencé à certains endroits. Est-ce à dire que l’application du bitume est pour bientôt ?

Au regard de l’avancement des travaux, nous envisageons dans les tout prochains jours, le revêtement entre la RN03 et la RN04, c’est-à-dire du PK55 au PK48. Pour ce faire, nous avions procédé à tous les réglages nécessaires, obtenu l’autorisation de la mission du contrôle pour débuter le revêtement. Dès ce matin déjà (NDLR : 28/05/2020), l’imprégnation est en cours à partir du carrefour à sens giratoire de la RN03. Cette tâche va se poursuivre cela et dans deux semaines, l’application du bitume pourra véritablement commencer. L’activité du revêtement comprend deux phases : la grave-bitume d’abord et le béton bitumineux ensuite.

Quels sont les moyens matériels, humains et techniques dont vous disposez pour aller si vite sur un chantier aussi délicat comme celui du contournement ?

Ce chantier en dispose à profusion de toute sorte de moyens pour la mise en œuvre conséquente de ce projet routier. Par exemple, sur le plan des ressources humaines, ce chantier bénéficie de l’effort conjugué de plus de quatre-cents (400) travailleurs. Une dizaine d’ingénieurs, est à pied-œuvre pour la conception, l’organisation, le suivi et la coordination des activités. Ceux-ci sont épaulés dans leurs tâches par des techniciens du génie-civil, de travaux publics et de l’hydraulique qui s’occupent de l’encadrement des différentes équipes d’ouvriers sur le terrain. Sans oublier tous les intervenants dans le cadre de la sous-traitance. Sur le plan matériel, le chantier s’appuie sur quatre (4) brigades complètes.

Une brigade étant composée de deux (2) bulldozers, de deux (2) niveleuses, trois (3) chargeuses et autant de camions. Le Contournement Nord compte une trentaine de camions composés entre autres de camions bennes, de camions citernes. Il y a aussi des engins spéciaux comme les recycleuses pour mettre en Œuvre la litho-stabilisation. En termes d’installations techniques, il y a des centrales de béton et d’enrobé ainsi qu’une carrière de granit dotée de deux stations de concassage qui ravitaillent le chantier en toute sorte d’agrégats. Des pondeuses de préfabriquées produisent les pédales et les bordures. La quasi-totalité des équipements utilisés sur ce chantier sont à la pointe de la technologie. Cela permet d’atteindre des rendements optimaux.

Vous qui avez certainement travaillé sur d’autres chantiers, quel est l’avantage de travailler avec EBOMAF sur le plus grand projet routier jamais réalisé au Burkina Faso ?

Comme souligné tantôt, il est beaucoup aisé d’Œuvrer sur ce type d’infrastructure avec une entreprise qui a réellement les moyens de ses ambitions. A dire vrai, EBOMAF possède une force de frappe particulière. Et cet avantage considérable est ressenti sur plusieurs plans en termes de mobilisation de moyens logistiques, de humains et financiers. Tous ces atouts combinés permettent d’obtenir des rendements significatifs en un laps de temps. En un mot, la mise en Œuvre du projet d’aménagement et de bitumage du Contournement Nord-Sud bénéficie d’un avantage considérable qui réside dans la logistique de l’entreprise. C’est sa principale force de frappe pour parvenir rapidement à l’objectif global.

Malgré les avancées significatives ci-dessus énumérées, il n’en demeure pas moins que des difficultés subsistent. Quelles sont les contraintes auxquelles ce chantier est confronté ?

Evidemment, les difficultés ne manquent pas dans la mise en Œuvre  d’un projet routier d’envergure comme celui-là. Grâce à une bonne organisation du travail, elles sont circonscrites au fur et à mesure. Une équipe d’ingénieurs et de conducteurs des travaux travaillent à anticiper sur les différents obstacles. Le chantier dispose d’un bureau d’organisation et d’études pour appréhender les difficultés et aide à les surmonter. Il en a été ainsi quand il s’est agi de dégager les emprises en agglomération. Le premier responsable de l’entreprise a pesé de tout son poids pour obtenir des résidents la libération des zones concernées afin que les travaux puissent effectivement démarrer. Par rapport à la saison des pluies qui s’annonce, des dispositions sont déjà prises pour traverser cette période sans grande difficultés.

Propos recueillis par JESP

 

 




Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *